Hydrolienne pour particulier

L’hydrolienne pour particulier est un véritable concept novateur. Les entreprises commencent tout juste à les commercialiser, les appareils grand public étant très peu répandus jusqu’à aujourd’hui. Avec plus de 416 rivières, la France possède un énorme potentiel. Les hydroliennes domestiques disposent déjà d’un avenir prometteur et comptent bien s’ancrer dans le secteur des énergies renouvelables. Et pour cause, elles ont tout pour séduire les nouveaux usagers.

L’hydrolienne, comment ça fonctionne ?

L’hydrolienne, c’est une turbine qui utilise l’énergie cinétique des courants marins ou des cours d’eau pour produire une énergie mécanique qui sera ensuite transformée en électricité. Celle-ci est stockée dans des batteries pour ensuite être injectée dans le réseau domestique. Le principe des hydroliennes domestique est le même que pour les grosses hydroliennes classiques. Les plus grandes sont installées sur un mât ancré dans les fonds marins et sont immergées à 30 ou 40 mètres de profondeur dans des zones de fort courant.

À l’image des éoliennes qui utilisent le vent pour produire de l’électricité, les hydroliennes utilisent la force de l’eau. Un avantage certain comparé à ses cousines, car l’eau est une ressource fiable. Les courants, ainsi que les marées, peuvent être mesurées précisément et représente des apports d’énergies stables contrairement au vent, ou au soleil dans le cadre des panneaux solaires. L’écoulement général d’une rivière ou d’un ruisseau est constant, même si le débit peut légèrement varier, le courant reste continu, jour et nuit, qu’il pleuve, vente, ou neige. C’est, de plus, une source d’énergie inépuisable.

L’hydrolienne : une turbine redoutablement efficace

L’hydrolienne domestique peut produire jusqu’à 12 kWh par jour, sachant qu’un foyer Français moyen consomme en moyenne 14 kWh par jour. La capacité de production en énergie de cette hydrolienne la rend donc particulièrement intéressante : elle peut réduire considérablement la facture d’énergie d’un foyer, et même le rendre complètement autonome. Il ne faut pas oublier cependant que la maison doit absolument être installée près d’une rivière ou d’un cours d’eau.

C’est un concept écologique dans son ensemble, l’hydrolienne étant réalisée avec des matériaux simples à recycler. Son fonctionnement n’émet aucun CO2 et ne génère aucun déchet. Les entreprises qui les commercialisent, surtout canadiennes pour le moment, ont, par ailleurs, réalisé des études sur leurs propres turbines afin de démontrer que ces dernières ne sont pas une menace pour l’écosystème des rivières.

Les hydroliennes ont, de plus, l’avantage d’être beaucoup plus petites que les éoliennes pour une même puissance. Toujours par rapport aux éoliennes, l’impact sur l’environnement des hydroliennes est faible car elles ne se voient pas. Elles sont silencieuses et implantées hors des zones de pêche, en particulier de chalutage.

L’hydrolienne, la solution idéale pour les publics excentrés

Certaines maisons peuvent être tellement isolées géographiquement qu’elles ne peuvent par conséquent pas être raccordées au réseau de distribution électrique. Les résidents vont alors se tourner vers des génératrices qui ont besoin de pétrole pour fonctionner. Le pétrole est pourtant reconnu comme particulièrement négatif pour l’environnement de par la pollution qu’il engendre : sa combustion dégage des oxydes d’azotes, de soufre et de carbone ainsi que des hydrocarbures mal brûlés, du plomb, des suies , des minéraux lourds… Il faut aussi prendre en compte, en plus de son prix très élevé, la pénibilité à transporter du diesel jusqu’à des endroits reculés, souvent situés en montagne ou au milieu de la forêt, à plusieurs kilomètres des villes.

Si ces habitations sont en pleine nature, il y a de fortes chances qu’elles ne soient pas trop éloignées d’un cours d’eau. C’est dans ce cas de figure que l’hydrolienne se retrouve être la solution la plus efficace pour rendre la zone complètement autosuffisante.

Les différents types d’hydroliennes domestiques

C’est une entreprise canadienne qui a créé la première hydrolienne domestique, adaptée aux rivières d’à peine 60 centimètres de profondeur. Elle est équipée de deux Darrieus, un modèle de turbine issu des éoliennes. Son installation est très simple, il suffit de deux ou trois personnes, même inexpérimentées, pour l’opérer. Il n’est pas nécessaire de réaliser des modifications sur la rivière ou de faire des travaux. L’équipement complet est directement expédié en kit pour 9 000 euros, avec un guide de montage, n’importe où dans le monde. L’énergie produite par l’éolienne est transformée en électricité via un convertisseur pouvant raccorder jusqu’à 12 turbines sur plus d’un kilomètre. L’entretien, par la suite, n’est pas coûteux, les pales étant facilement remplaçables et peu onéreuses.

Hydrolienne

En plus de cette innovation, d’autres entreprises ont aussi développé ce concept dont l’hydrolienne domestique sans lame, à 2 000 euros, qui s’utilise pour des applications à faible écoulement et faible débit. Elle ne possède pas de pales, car elle fonctionne par déplacement du rotor dans le stator sous l’effet du courant. Elle peut être installée dans les rivières, les barrages de basse chute, les zones urbaines, les zones industrielles, dans des canaux d’irrigation ou d’écoulement d’eau de pluie…

On peut aussi noter une hydrolienne domestique mais adaptée à un regroupement de particuliers : l’Hydrobox. C’est une hydrolienne quatre fois plus puissante que les domestiques plus classiques, mais elle nécessite une profondeur d’au moins 0.9 mètre et un courant moyen d’au moins 0.8 m/s. L’hydrolienne domestique est de type axe vertical hybride Savonius-Darrieus réalisée en matériaux composites. Donc c’est une turbine légère. Elle se fixe latéralement ou par ancrage. Sa petite sœur est l’Hydrawatt, une hydrolienne plus adaptée pour les ruisseaux car elle nécessite un débit d’eau rapide mais de faible profondeur (0,45 mètres minimum).